Un peu d'histoire

L’île Rodrigues porte aujourd’hui le nom de son découvreur « officiel », le navigateur portugais Don Diego Rodriguez même si ce dernier ne se contenta que de la répertorier sur une carte de navigation en 1528. Il est par ailleurs établi que l’île a été connue et répertoriée comme Dina a Robi sur les cartes datant du 11ème siècle des navigateurs Maures écumant cette partie de l’Océan Indien. Une flottille hollandaise commandée par L’amiral Wolphart Harman aborda l’île en 1601. Le premier peuplement de Rodrigues fut l’œuvre de sept huguenots français menés par François Leguat qui y trouvèrent refuge après la révocation de l’Edit de Nantes (1598). Ils atteignirent Rodrigues le 1er mai 1691 et y vécurent pendant deux années mais démoralisés par leur isolement et le manque de compagnes. Ils embarquèrent sur un radeau pour Maurice en mai 1693. Leguat publie en 1708 un journal de voyage « Voyages et Aventures de François Leguat en deux îles désertes des Indes Orientales ». Il y laisse un descriptif précieux de la faune et de la flore de Rodrigues – notamment du fameux Solitaire et des espèces de tortues de terre dont l’île regorgeait à l’époque. L’ouvrage suscite une polémique sur la base de l’incrédulité de nombreux savants qui remettent en question le récit et il faudra attendre le long et passionnant travail de recherche de l’historien le Dr. Alfred North Coombes au 20ème siècle « The Vindication of François Leguat » pour que le récit soit finalement réhabilité.

La Flotte anglaise prit possession de l’île en 1807 à l’époque où l’île comptait une centaine d’habitants. En 1810 c’est de Rodrigues que fut lancé l’assaut victorieux sur l’ « île de France » rebaptisée Mauritius (Maurice) aux termes du traité de Vienne en 1815. L’occupation anglaise favorisait le peuplement, le développement de la vocation agricole de l’île et lui vaut son qualificatif de « grenier de Maurice ».

Reliée traditionnellement par voie maritime avec Maurice, Rodrigues fait un saut dans la modernité en 1972 lorsque le premier vol d’Air Mauritius atterrit à Plaine Corail. Depuis la desserte s’est considérablement accrue, passant de quelques vols hebdomadaires assurés par un de Havilland Twin Otter à des vols quotidiens désormais assurés par ATR 72 de la compagnie nationale d’aviation.

Sur le plan politique, les Rodriguais voteront pour la première fois en 1967 à l’occasion du scrutin historique ayant pour enjeu l’indépendance de Maurice et de ses îles associées. Depuis cette date l’île est représentée au Parlement National siégeant à Port Louis. En 2002, ce dernier vote à l’unanimité une loi constitutionnelle conférant à Rodrigues un statut d’autonomie pour la gestion des affaires internes et enclenche une dévolution de certains pouvoirs administratifs et politiques. L’Assemblée Régionale de Rodrigues issue du suffrage universel voit ainsi le jour avec la création d’un exécutif local qui a les pouvoirs d’un Gouvernement Régional présidé par un Chef Commissaire – Celui-ci est l’interlocuteur direct du Premier ministre et du Gouvernement Central en ce qui concerne les affaires de Rodrigues.”

Culture

Il y a quelques décennies de cela les habitants de Rodrigues trouvaient leur divertissement dans la musique traditionnelle, au son du séga tambour et de l’accordéon dans les petits bals du samedi soir.  L’éveil culturel réalisé à la fin des années 1970 permit à la construction et la consolidation de l’identité culturelle des Rodriguais à travers la valorisation de ces divers éléments, qui constituent la base de la culture de chaque peuple: l’alimentation, la musique, l’artisanat…

Il faut souligner la très grande influence de la religion Catholique dans la vie quotidienne et culturelle de la population.  La religion, le respect des traditions et la famille sont les piliers de la vie rodriguaise.

Aujourd’hui, on constate que notre musique et nos danses traditionnelles sont plutôt utilisées pour le spectacle dans les hôtels et autres manifestations culturelles. Il en est de même pour nos plats traditionnels; ainsi que nos produits artisanaux qu’on trouve partout sur le marché. Ces plats longtemps méprisés sont devenus des plats de luxe dans les grandes manifestations touristiques et culturelles. La musique rodriguaise est présente sur la scène internationale dans les manifestations culturelles. Notre culture est une richesse qu’il faut non seulement valoriser et exploiter, mais il faut surtout le préserver car c’est notre atout identitaire.

Un coup d'oeil

Au cœur de l'océan Indien, à la latitude 19 ° 43 'S et longitude 63 ° 25' E, l'île Rodrigues s'étend sur une superficie de 108 km2. Quelque 650 kilomètres au nord-est de l'île Maurice, c'est la partie de l'Afrique qui est le plus proche de l'Australie.

Né de l'activité volcanique entre 1,3 et 1,5 million d'années, l'île - 18 km de long, à 8 km de large - est la plus petite de l'archipel des Mascareignes. Rodrigues est une île montagneuse avec une succession de vallées plongeant dans un lagon de 300km2, apportant un sentiment exaltant de légèreté tout en serpentant à travers les escarpements et champs en terrasses vers ses 80 km de côte.

Un des traits les plus caractéristiques de cette île si passionnante et accessible c'est son relief. Les efforts des plus aventureux ce culmineront par un pique-nique sur un des ilots désertes, avec les oiseaux tropicaux (les vierges blanches) qui glissant dans l'air sur le lagon bleu volent vers et de leurs nids situé dans les falaises environnantes. L'île bénéficie d'un climat tropical avec des températures variant entre 28 et 35 ° C au cours de l'été austral, qui coïncide avec la saison cyclonique (Novembre à Avril) et entre 18 et 27 ° C en hiver.

 

 

Rodrigues en images